Environnement

de La Favière, jura, près de Nozeroy

Un paysage en relief

paysages vallonnés de La Favière La Favière est sur le 2ème plateau jurassien, à 800 mètres d'altitude, perchée sur une hauteur, juste au dessus de la source de l'Ain.

Le relief y est tout en douceur, bosses et cuvettes se succèdent, mamelons gracieux dont les lignes sont reposantes et participent à ce sentiment de quiétude qui imprègne les lieux. Ce relief est tout à fait étonnant et vous ne le verrez que derrière La Favière.

>> Voir le même endroit en hiver <<
cliquer pour voir en plus grand En effet, sitôt arrivé en haut de la côte, après la traversée d'un petit bois, vous retrouvez les paysages habituels du plateau jurassien, qui porte bien son nom : de grandes étendues ondulées mais relativement plates, prairies ponctuées de bois où rien n'arrête la vue sur des kilomètres, sauf la montagne au loin, la Baroche, qui marque la limite de ce plateau.
cliquer pour voir en plus grand Revenons donc à ces prairies de La Favière, que vous pouvez parcourir par de nombreux chemins : au sommet ou au contour de chaque butte, vous découvrez un nouveau tableau, vous vous émerveillez de ces trésors que nous offre cette nature, riche en formes, en végétation, et gibier aussi. Il n'est pas rare de croiser en chemin lièvres, renards, chevreuils, mais pour cela nous recommandons les ballades à pied, en plein accord avec la nature !

Il est utile de rappeler aux amateurs de loisirs motorisés que par respect des autres et de l'environnement ils doivent avoir l'obligeance de respecter les règles en vigueur :
accès autorisés uniquement sur les voies carossables ouvertes au public, et interdiction absolue d'évoluer dans les espaces naturels !
cliquer pour voir en plus grand cliquer pour voir en plus grand
cliquer pour voir en plus grand Du fait de cette situation sur une hauteur, et ainsi entourée de reliefs doux et peu élevés, La Favière s'en trouve illuminée. On se sent près du ciel. Sa lumière nous inonde !

Hydrographie

cliquer pour voir en plus grand La source de l'Ain, nous l'avons dit, est juste en dessous de La Favière.
>> voir vue satellite <<

Autant le relief est calme, sur le plateau de La Favière, les pentes sont abruptes pour descendre à la source de l'Ain.
La transition de relief est saisissante !
En longeant la route qui descend de la gare de Gillois-La Favière en direction de Nozeroy, on peut trouver, en s'engageant dans le pré qui borde la route, un sentier qui descend à la source. Sitôt arrivé à la lisière de ce pré, une pente vertigineuse plonge dans la pénombre des sapins. La vallée donnant naissance à l'Ain est une incision profonde du plateau, en forme de triangle.
L'Ain est une résurgence. L'eau, captée au loin dans les sous-sols du plateau, véhiculée par de nombreux boyaux souterrains, sort au grand jour par un syphon, vaste entonnoir qui donne naissance à une rivière déjà de belle taille. ici, pas de ruisseau, l'Ain naît déjà adolescente, fougueuse, vigoureuse.

>> photo de la source grand format <<
par François Bonneville
source de l'ain source de l'ain
cliquer pour voir en plus grand cliquer pour voir en plus grand
cliquer pour voir en plus grand L'Ain reçoit non loin de sa source les eaux de la serpentine, torrent alimenté par un réseau de cours d'eau qui enserrent la butte de Nozeroy, venant de Plénise, Plénisette, Esserval, Longcochon, Essavilly, Froidefontaine, Mignovillard, Censeau, et plus près Billecul (à côté de La Favière).
cliquer pour voir en plus grand Ce réseau hydrologique ramifié, qui va chercher l'eau à environ 8 kilomètres par des bras qui s'étendent au Nord, au Nord-Est et à l'Est de Nozeroy, est une particularité dans ce secteur où les eaux ont plutôt tendance à stagner, ou se perdre dans le terrain, pour alimenter les résurgences, comme la source de l'Ain. Particularité géologique qui a façonné le paysage des plateaux pour leur apporter de la fantaisie, par une succession de petits vallons pittoresques, tel le val de Mièges.

Après cette incursion dans les vallons frais et gargouillants, remontons donc sur le plateau, qui est l'environnement le plus classique de la région, de Pontarlier (au Nord à 35 Km) jusqu'aux Chalesmes, la pointe sud du plateau de Nozeroy, dont nous reparlerons plus tard.

Sur le plateau, l'eau est plutôt présente sous forme d'étangs, de mares, ...
cliquer pour voir en plus grand
cliquer pour voir en plus grand
... et de marais, de tourbières.

Ici l'Ecliau à Arsure-Arsurette.

L'étang ci-dessus est aussi à Arsure-Arsurette.
cliquer pour voir en plus grand
Beaucoup de sources sont captées et alimentent des réservoirs qui fournissent l'eau au village.
L'eau du robinet n'a été installée que dans les années 60. Certains villages utilisent encore de nos jours leur source pour amener l'eau au robinet (Fraroz, Cerniebaud). A La Favière, nous recevons l'eau du réseau : le débit de la source ne serait pas suffisant pour alimenter le village de nos jours, les besoins en eau ayant changé depuis les temps anciens. Chaque été, la fontaine se tarit. Elle est cependant toujours utilisée pour approvisionner les abreuvoirs des bêtes dans les prairies, à la belle saison. L'eau est transportée dans des tonnes à eau qui stationnent à tour de rôle pour le remplissage.
Afin de ne pas en perdre, un robinet a été installé. Chacun doit l'utiliser avec respect et économie, et ne pas perdre de vue que sa meilleure utilisation est de désaltérer les vaches. Les besoins en eau des troupeaux sont considérables.

Hiver

cliquer pour voir en plus grand Chaque hiver, la neige est au rendez-vous. Il n'y en a certes plus comme du temps des grands-parents, mais elle tombe quand même régulièrement et en quantité, permettant de s'adonner aux joies de la neige et aux sports d'hiver !
Ski, luge, raquettes, batailles de boules de neige et bonshommes de neige !

cliquer pour voir en plus grand

Plus de Photos d'hiver